La journée a très bien commencé sous le soleil. Après avoir bien dormi, nous voici d’attaque pour ce qui doit être une étape courte. Visite de Bergerac puis messe et décollage vers les vignes. Nous quittons Bergerac vers 12h. Je cherche en vain un coin sympa à l’ombre pour pique-niquer mais sans succès.
Il nous faut vraiment quitter Bergerac pour nous assoir près d’une fontaine/source/lavoir dont je m’aperçois ensuite qu’une plaque indique en grande pompe que c’est une ancienne halte-repose pour pèlerin. Je dis en grande pompe car la plaque a dû coûté plus cher que la rénovation de la fontaine/source/lavoir. Petit coup de fil pour réserver notre hébergement du soir. Manque de chance la personne est à l’hôpital. Deuxième coup de fil pour réserver. C’est ok mais nettement plus loin que ce que j’avais prévu. Il va vraiment falloir avancer.
Reprise sous le soleil qui commence à bien taper. En plus j’ai dû égarer le pare soleil, je mets donc une couverture par dessus pour protéger Philippine. Nous avançons gentiment à travers les vignes, jusqu’à une première côte interminable avec des travaux au milieu où les petits cailloux me font glisser lorsque je pousse le chariot. Pause salutaire avec comme récompense une vue magnifique sur les vignobles et Bergerac. Je m’assois dans l’herbe à l’ombre lorsque tout à coup j’entends un grand bruit et quelque chose qui me déboule dans les pattes. C’est un gros chien en manque d’affection. Il est un peu pataud et pèse son poids donc Philippine préfère l’admirer de loin. Après cette pause canine nous repartons mais le chien nous suit. Je retourne donc à la ferme pour prévenir que le chien nous suit mais personne ne répond. Demi tour pour redescendre dans les vignes de l’autre côté. Il n’y a plus de sentier ni même de traces nous marchons au milieu des rangs de vignes, ou plutôt je tente d’avancer car la roue avant commence à lâcher. Cela fait plusieurs jour que le chariot râle, couine et se tord, notamment ma roue avant qui s’est fortement tordue hier en remontant sur un trottoir. Maintenant elle est clairement abîmée. Enfin la roue est ok mais c’est l’attache sur les deux bras de devant qui est tordue. Me voici donc parti pour une partie de démontage montage de roue tous les 50 mètres lorsque nous avançons dans l’herbe. De plus qui dit vigne dit coteaux inclinés et donc montées 🥵🥵🥵🥵 Ça devient extrêmement difficile pour moi de soulager la roue avant et d’avancer dans l’herbe haute. Je commence à laisser beaucoup de force et d’énergie dans l’histoire. Philippine tient le choc mais elle a aussi chaud. Il faut s’arrêter régulièrement lorsque l’on peut se mettre à l’ombre. Quand ce n’est pas l’herbe, c’est la boue qui refait son apparition dans les quelques passages boisés sur lesquels il nous faut accéder par de petits sentiers ou plutôt une idée de sentiers tant ceux-ci disparaissent sous les hautes herbes et les ronces. Avec parfois le combo gagnant Boue, ronces, montées 🤬🤬🤬🤬
Bref vous l’avez compris la journée a été éprouvante. Nous voici enfin après plus de sept heures de bataille avec la roue en vue de l’église de Saussignac. Je pense les obstacles derrière moi. Que nenni ! Grande descente qui s’arrête net barrée par trois rochers qui ne laisseraient même pas passer un vélo. Après 5 mn de réflexion, pas le choix il va falloir décharger. Je fait descendre Philippine, je retire quelques sacs. Passage en équilibre sur un rocher et pivotement du chariot pour redescendre tout juste avant qu’il ne bascule. Ouf ! Soulagé, je remets Philippine dans le chariot et histoire de confirmer la loi de Murphy aussi appelée loi de l’emmerdement maximum ou encore loi de la tartine beurrée, voilà que la descente se transforme en montée dans un ersatz de sentier qui peu à peu est envahi par les ronces. Jusqu’au bout cette étape nous aura demandé des efforts et de l’énergie. Je rêve d’une bonne douche. Nous arrivons enfin dans un accueil pèlerin à domicile. Nous serons indépendants ce soir. Programme habituel de douche, préparation de lit, dîner puis au lit. Philippine s’est endormie rapidement et moi je vais la rejoindre juste après avoir fini ces quelques lignes.
A demain pour de nouvelles aventures. Direction Sainte Foy La Grande notre destination de troisième tronçon mais avec deux jours d’avance. Allons nous continuer au finir plus tôt ? La nuit porte conseil !!!

 

 

 

13 juillet : épilogue

Bonjour à tous,   Désolé pour l'attente !!!!! Comme je le disais : nous l'avons fait !!!! Ce fut dur, ce fut long, ce fut rempli de doutes et ce fut beau, grandiose, magnifique.   Prenez un café, un thé ou ce que vous voulez car je me suis rattrapé de mon...

lire plus

Ostabat – Saint Jean Pied de Port

Grosse étape Je suis désolé, la publication sera courte car il est déjà 23h après n’avoir dormi que 5 heures la nuit dernière. Demain réveil à 5h pour notre étape Saint Jean - Ronceveau. Départ à 9h avec Vincent notre cadreur pour aujourd’hui et demain. Nous avons...

lire plus