Bonjour à tous ! Ou plutôt bonsoir. J’allais commencer par encore une journée extraordinaire mais si je commence toutes mes publications par encore une journée extraordinaire vous n’allez plus me croire. Et pourtant, quelle journée !
Je me rends compte que j’ai oublié plein de choses hier donc je me rattrape. Déjà à la chapelle Vialotte où nous avons dormi hier, il y a une tradition. Eglise oblige lorsqu’un pèlerin arrive ou part on sonne la cloche. En arrivant hier Philippine émergeait de sa sieste donc pas trop en forme pour tirer la corde. Mais ce matin en partant ayant dormi divinement bien (s’il y a bien un endroit où dormir divinement bien c’est dans une église 😂) Philippine a attrapé la corde et après un peu d’aide, la cloche s’est fait entendre. Nous voici fin prêts à partir après la traditionnelle séance photo. Un immense merci à Anne Marie et Brigitte les deux hospitalières qui nous ont admirablement reçu hier. J’en profite pour remercier tous les hospitaliers, les baliseurs et les associations jacquaires qui font un immense travail pour accueillir, renseigner, baliser le chemin. Tout ce qui fait que nous passons de merveilleux moments sur le chemin. Départ pour notre prochaine étape pas très tôt. J’ai essayé de réparer le drone mais les vis sont microscopiques et il faut un tournevis très très fin. Bien qu’ayant mis le voisin bricoleur à contribution, je préfère ne pas tenter de remettre les vis ayant sauté. Anne Marie a une excellente idée : passer chez un opticien qui a sûrement ce qu’il faut pour revisser les petites vis. Petit coup d’œil sur internet. Il y a bien un opticien à Roquefort, la prochaine grande ville où nous allons passer. Parfait !
Nous nous mettons en route mais au bout de 300m. Mince ! J’ai oublié de régler le donativo ! Demi tour, petit billet glissé dans l’urne puis redépart. Nous rattrapons le chemin que nous avions quitté pour aller à la chapelle. A nouveau de grandes lignes droites entourées de chênes et de pins. Les grillons ou cigales je sais pas trop nous accompagnent maintenant ! On a l’impression d’être en Provence. On a eu beau chercher la mer on ne la pas trouvée ! Et pourtant du sable nous allons en avoir. Juste avant Roquefort, petite pause pique nique. Il est tôt mais je trouve plus sympa de déjeuner au son des grillons (qui font un bruit d’enfer) qu’au son des voitures. Je me dis que l’opticien ouvrira en début d’après-midi ! Nous nous remettons en route non sans avoir fait avant un FaceTime avec les cousins cousines de Philippine. Chacun raconte ses aventures ! Juste avant d’arriver, dernier obstacle, le traditionnel pont en bois. Mais fort heureusement il ont prévu large donc pas besoin de tout démonter. Juste retirer quelques sacs et hisser le chariot. C’est chose faite ! 🥵
Histoire de garder la forme, grosse montée juste derrière pour émerger dans Roquefort. Nous voici devant l’opticien. Ouverture à 15h, il est 13h30 ! J’ai un choix à faire. Soit attendre pendant 1h30 sans être sûr que l’opticien va être en mesure de nous aider, soit partir pour la suite de notre trajet. Choix mûrement réfléchi … un jus de pomme 🧃 pour Philippine et un jus d’abricot pour moi. C’est décidé je pars tout de suite pour arriver relativement tôt à notre hébergement de ce soir. Nous voici donc reprenant les chemins qui se font plus tortueux et surtout plus sablonneux. Vous connaissiez déjà les grandes craintes de Compostelle Père Fille : la boue et les montées. Voici donc que le sable se rajoute sur la liste. J’ai l’impression que l’on tire sur le frein dès que l’on passe dans le sable. C’est encore raisonnable à cet endroit, ce sera beaucoup moins le cas plus tard. Nous alternons entre forêts landaises et routes bitumées. Je regrette le drone qui nous aurait permis de belles prises de vue. L’heure tourne et juste en sortie de Roquefort , petite pause course pour ravitailler la mangeuse de fromage de chèvre 🐐. Puis redépart. Je quitte Roquefort et à la sortie, ayant récupéré du bitume, je pars pleine balle sur le mauvais chemin. Enfin c’est pas complètement le mauvais chemin mais c’est pas le bon quand même. Demi tour et reprise sur bon chemin. Il y a de plus en plus de sable et je dois pousser comme un damné pour avancer en dérapage contrôlé. Nous finissons par retrouver le bitume et arriver à Bostens avec sa magnifique église romane et son accueil pèlerin pittoresque qui nous fait faire un bon de 70 ans en arrière. Juste après être arrivés, sur qui tombons nous ? Sylvie. Rappelez vous, Sylvie est la dame qui nous a apporté plein de cadeaux et notamment une croix de Taizé que je porte maintenant sur mon chapeau. Elle me montre l’accueil pèlerin où elle a passé une partie de son enfance pour le catéchisme ! Nous discutons avec elle. Elle nous dit avoir croisé François, que nous avions rencontré juste devant la mairie après notre visio avec les copains de classe de Philippine. En fait il s’approchait de l’église et là Sylvie lui dit : Mais vous êtes François ? Il la regarde sans comprendre. En fait Sylvie l’a reconnue sur les photos que nous avions publiées. Il ont discuté pendant un bon bout dedans. Nous prenons le temps de laisser un mot dans le livre d’or puis nous remettons en route pour les 5 derniers kilomètres que nous avalons rapidement. Nous arrivons chez Christelle et Jérôme qui nous suivent fidèlement depuis au moins l’année dernière et nous avaient déjà contactés pour nous accueillir chez eux. Christelle et Jérôme habitant juste au bord du chemin, font de l’accueil pèlerin à Gailleres. Vous ne pouvez vous tromper, elle est juste sur le chemin. Nous arrivons et Philippine est tout de suite à l’aise. Chouette, 2 enfants quasiment du même âge qu’elle. Elle ne sait plus où donner de la tête : les poissons à nourrir, le badminton, la piscine, le trampoline, le panier de basket et j’en passe. La voici qui saute d’un jeu à l’autre. Quelle ambiance merveilleuse et quel accueil de Christelle et Jérôme ! Nous sautons de bonnes maisons en bonnes maisons. Nous prenons le temps de discuter et de réparer le drone. Jérôme a fait de l’aéromodélisme plus jeune et a encore de tout petits tournevis. Juste en remettant les 3 vis, le drone est de nouveau opérationnel. A nous les magnifiques images vues du ciel ! Chouette alors pas besoin de trouver un opticien !
Le temps passe et nous voici à table pour des grillades au barbecue et … frites 🍟 😋. Philippine est comblée !
La journée de rêve ! Elle ne va plus vouloir rentrer sur Paris après ça ! L’heure tourne, le soir tombe et les paupières aussi.
Je vois qu’il est minuit cinq, la journée a commencé à 5h30. Fatigué mais tellement heureux de toutes ces rencontres, de ces paysages et de la chance que nous avons de vivre cette aventure tous les deux.
1000 mercis pour vos commentaires, soutiens, encouragements. On vous donne rendez-vous demain pour la suite de nos aventures 🙏🙏🙏

19 juillet : Hontanas – Boadilla del Camino

Le temps passe vite ⏳, nous sommes déjà au 7ème jour de marche 🚶‍♂️, on perd rapidement la notion de temps et d’espace aussi. Je prends de plus en plus de plaisir à ne pas planifier nos journées 😊. On part le matin 🌅, on marche 🚶‍♀️, on profite 😌 et on s’arrête quand...

lire plus

17 juillet : Burgos – Hontanas

Bonsoir à tous,   Je vous écris d’un petit patio où coule une fontaine 💧. Cela fait du bien d’entendre le bruit de l’eau après une journée passée sous la chaleur 🌞. Mais commençons depuis le début. Réveil à 5h30 ⏰ pour un départ à 7h, le soleil se levant sur la...

lire plus

17 juillet : San Juan de Ortega – Burgos

Bonjour à tous, Quelle journée ! 😅 Je ne vais pas commencer comme cela chaque jour, mais c’était à nouveau une magnifique journée sur le chemin. 🌞 Nous avons donc dormi au monastère de San Juan de Ortega. 🏰 Les premiers pèlerins se réveillent à 5h30. ⏰ Je n’avais pas...

lire plus